L'histoire du chemin de fer Français est liée à l'industrie du bassin stéphanois avec la première ligne de chemin de fer en 1827 de Saint-Étienne à Andrézieux pour le transport du charbon. Les premiers voyageurs furent transportés en 1832 sur cette même ligne. Dès lors les lignes de chemins de fer furent construites pour relier les grandes villes.
En 1878 le Ministre des travaux publics, Mr de Freycinet, décida d’une part, de relier entre elles les artères principales et d’autre part de desservir la totalité des chefs-lieux d’arrondissements.
La compagnie des Chemins de Fer Départementaux (C.F.D.) fondée en 1881 signe une convention en 1886 pour la construction et l'exploitation des lignes suivantes:

  • La Voulte sur Rhône au Cheylard.

  • Tournon à Lamastre.

  • Lavoûte sur Loire à Yssingeaux.

La même année l'ensemble des lignes est déclaré d'utilité publique et les CFD reçoivent une concession de 99 ans avec une option sur les lignes de Lamastre au Cheylard et du Cheylard à Yssingeaux avec embranchement jusqu'à Dunières.

Toutes les lignes furent construites à l’écartement d’un mètre et prirent le nom de "réseau du Vivarais", 201 kms de voies à son apogée.
 

DATES D'OUVERTURE DES LIGNES :

La Voûte sur Loire - Yssingeaux
   le 09/11/1890 
Tournon - Lamastre
   le 12/07/1891 
La Voulte sur Rhône - Le Cheylard
   le 10/09/1891 
St Agrève - Raucoules Brossettes
   le 21/09/1902 
Dunières - Raucoules - Yssingeaux
   le 21/09/1902 
Le Cheylard - St Julien de Boutières
   le 07/12/1902 
St Julien de Boutières - St Agrève
   le 29/05/1903 
Lamastre - Le Cheylard
   le 11/07/1903

 Lignes PLM PLM PLM

  

 

Le trafic voyageurs était surtout un service local, il permettait aux habitants des vallées du Doux et de l’ Eyrieux ainsi que du plateau du Velay–Vivarais de se rendre aux diverses préfectures environnantes. Plus tard il permettra à de nombreux citadins de découvrir ces merveilleuses régions. Côté marchandise, le gros du trafic était assuré par le transport de bois (notamment pour les mines).

Au fil des années et de la modernisation, les locomotives à vapeur ont laissé la place aux autorails et locotracteurs. Reliant le Velay à la Vallée du Rhône à travers le Vivarais par tous les temps, le réseau connut sa première menace de suppression dès la fin du second conflit mondial. Le transport routier ayant lui aussi fait des progrès, le trafic de la ligne de Raucoules Brossettes à La Voûte sur Loire fut transféré sur la route le 1er mars 1952. Malheureusement, le reste du réseau connut le sort de nombreux Chemins de fer en France depuis l'après-guerre. Il fut fermé le 1er novembre 1968.
Heureusement, deux tronçons furent épargnés lors de son démantèlement, dont la ligne Dunières à Saint-Agrève. Cette dernière est maintenant la propriété d'un Syndicat Intercommunal, regroupant toutes les communes traversées. Elle est désormais à vocation purement touristique.

Le matériel utilisé pour l’exploitation.

Les trains sont remorqués par deux locomotives diesel (n°62 & n°70) typiquement CFD. Elles sont toutes les deux issues de la transformation de locomotive à vapeur juste après guerre. 
Les voitures voyageurs proviennent de divers réseaux de chemin fer Suisse. 
Les baladeuses semi ouvertes, très prisées l’été, sont d’anciens fourgons CFD transformés par l’association. 
Les autorails Billard (n°313 & 222) ont été construits pour les CFD respectivement en 1937 et 1939. L’autorail 222 est classé monument historique car il est le dernier représentant d’une série de quatre unités. L’autorail 313 a été remis en état d’origine en 2001 après 2500 heures de travail bénévole et 5 années d’immobilisation. 
Une remorque autorail construite par De Dion Bouton en 1935 classé monument historique révisée cet hiver par l’association pourra être adjointe à l’autorail n°222 dans l’attente que l’autorail De Dion Bouton n°204 reprenne du service. Une remorque messagerie Billard est en cours de révision complète et viendra rejoindre le parc autorail pour le transport des vélos, VTT... 
A voir d’autres véhicules historiques tel le wagon plat Hf 36 construit par les ateliers de Marly en 1884 et ayant servi à la construction du réseau ou encore la grue roulante construite par De Dietrich en 1889. 


Les festivités du centenaire :

Outre les trains réguliers et les trains affrétés spécialement par des groupes, deux journées sont prévues afin de pouvoir circuler sur la totalité de la ligne avec les autorails tout en prévoyant des arrêts photos. Il s’agit des samedis 6 juillet et 7 septembre. Le point fort sera le week-end du 28 et 29 septembre avec la circulation de la locomotive à vapeur Mallet n°403. Cette ancienne locomotive du réseau CFD Vivarais toujours en activité sur la ligne touristique Tournon Lamastre viendra spécialement pour fêter le centenaire. Une série de cartes postales sur le CFD Vivarais sera éditée par les VFV. Et nous vous réservons bien d’autre surprises.

 Le train touristique roule jusqu'à Saint-Agrève

29 juin 2002 une journée pas comme les autres.

En ce samedi matin, une blanche gelée sur les bords du Lignon annonce une chaude journée pour l’association.En effet, la France des chemins de fer touristique va voir son capital augmenter de 20 kms. Et pas des moindres puisqu’il s’agit d’un tronçon de l’ancien réseau du CFD Vivarais ; Tence à Saint-Agrève via le Chambon sur Lignon. La réouverture après 18 années de sommeil coïncide avec le centenaire du tronçon de Dunières à Saint-Agrève.
Quel beau hasard du calendrier !

La route ou tout au moins la voie aura été longue. Rares étaient les personnes qui prédisaient un renouveau. Que de coups de téléphone, que de coups de crayon, que de coups de pioches, que de coups de cisailles pour en arriver là !
Une ténacité commune du SIVU et des VFV a permis cet aboutissement.

Maintenant les 37 kms de voie métrique vous ferons voyager dans le temps mais aussi de la Haute-Loire à l’Ardèche, de Rhône-Alpes en Auvergne, du Velay au Vivarais ou encore du bassin atlantique au bassin méditerranéen.

 

Revenons à notre journée d’inauguration. A Dunières-ville c’est l’autorail billard 222 pavoisé des drapeaux tricolores qui transporte jusqu’à Tence les élus locaux ainsi que le groupe folklorique. C’est le locotracteur n°62, avec la même tenue, attelé à sa rame, qui forme le train inaugural, attendant la correspondance. Après le traditionnel discours et cisaillage de ruban, le train s’élance à grands coups de klaxons à l’assaut des gorges du Lignon. Lorsque que le train entre en gare du Chambon sur Lignon, à nouveau un concert de klaxons résonne dans la commune puis la fanfare, ayant précédé le train grâce à la 222, prend le relais sonore. A Saint-Agrève même déroulement avec les pétards en plus. Le bout du voyage et le début d’une nouvelle histoire seront marqués avec ce parcours en train, musique, discours et apéritif.

En fin d’après-midi la 313 s’est élancée dans les gorges de l’Eyrieux (coté Dunières bien sûr ! ) suivi de la 222 et du train inaugural. Au Chambon sur Lignon les premiers clients officiels ont profité du train pour se rendre à Tence. Est-ce que la mariée, le marié et leurs invités se souviendront à jamais de cette journée ? Probablement autant que nous !

En attendant nous vous donnons rendez-vous cette année sur la ligne touristique.

 

 

 Autres photos, passez sur  les chiffres :  

1  2  3  4  5  6  7  8  9 - effacer